Le président du FMI, Dominique Strauss Kahn, qui aurait essayé d’agresser une femme de chambre dans son hôtel à New York, apparaîtra après uneanalyse ADN devant le tribunal. L’analyse ADN sera effectuée pour confirmer sa culpabilité. De nouveaux tests ont examiné les égratignures et autres traces sur le corps de la victime.

Le procès aura lieu au Tribunal Criminel de Manhattan, où l’homme de 62 ans, menotté, a été accompagné par les forces de la police. Le Fonds Monétaire International, le FMI, dont Strauss-Kahn était le président, doit désormais faire face à des difficultés additionnelles à cause de cette affaire – à un moment très inopportun, puisque le FMI doit déjà gérer la crise grave de la zone euro, et maintenant il doit chercher à éviter une aggravation de la situation, qui pourrait mener à une perte de valeur encore plus importante de l’euro.

En outre, Strauss-Kahn, un personnage très populaire en France qui aurait été un candidat aux prochaines élections présidentielles, laisse un vide dans la vie politique française dans un moment critique. Cela fera sans doute des dégâts mais ses effets restent à voir. Une autre victime, Tristane Banon s’est manifestée pour dire qu’elle avait aussi été agressée par le chef du FMI il y a 8 ans lors d’une visite qu’il a fait à la résidence de Mme Banon pour un entretien.

L’identité de la victime de l’agression à l’hôtel de New York n’a pas été révélée. M. Strauss-Kahn a été arrêté dans sa cabine de première classe au bord d’un vol Air France qui allait partir pour Paris. La victime a dû ensuite identifier l’agresseur dans le cadre d’une séance d’identification à la police. M. Strauss-Kahn ne bénéficie pas d’immunité diplomatique qui le défendrait dans cette affaire.

L’analyse ADN est utilisée comme un moyen pour établir si l’agression présumée a réellement eu lieu. La chambre d’hôtel de M. Strauss-Kahn, la salle de bains et le lit ont été examinés par des experts médico-légaux à la recherche d’évidence pour soutenir l’accusation contre M. Strauss-Kahn. Les égratignures sur le corps de  M. Strauss-Kahn ont également été l’objet detests ADN.